Comment déposer ses gnomes à l’heure le matin? (peu importe où)

stockvault-lollipops100420

THAT is the question…

Je repose le contexte rapidement : 2 gnomes, le « grand » en moyenne section de maternelle, la « petite » en dernière année de crèche… à déposer tous les matins, chacun sur son lieu respectif.

Et TOUS les matins, c’est le speed, mais genre vraiment, et inévitablement j’arrive à l’école en retard pour déposer mon fils, écumant au passage une remarque de l’ATSEM variable selon son humeur : « vous êtes en retard, les ateliers ont déjà commencé » (en me regardant dans les yeux) ou « allez allez allez dépêche toi, va rejoindre les copains » (à l’intention de mon gnome).

Le fait est que clairement, je déteste être en retard, et en plus j’ai peur de l’école. Les yeux de la maîtresse me font me sentir comme une petite fille en faute, comme si la survie de la planète dépendait de l’heure de mon arrivée à l’école. Très stressant.

Ce matin, exceptionnellement, nous sommes arrivés à 8h30 pétante devant l’école. Et le gnome était super excité, et criait à toutes les mamans qu’il croisait « on est à l’heure aujourd’hui!!! » « t’as vu madame je suis pas en retard! » … il y a même eu une maman qui a répondu en riant « apparemment ça n’a pas l’air d’arriver souvent, bravoooo »…

J’avais pleins d’yeux sur moi, je ne saurais pas dire si c’était des regards compatissants, bienveillants ou jugeants… bon, en même temps je m’en tape un peu, ces mamans là je ne les croise jamais, elles sont à l’heure, moi pas, je ne croise que les autres parents en retard, transpirants, haletants, et souvent accompagnés d’une autre paire de gnomes en poussette, et qui s’entraînent à dire « dépêche toi » dans toutes les langues existantes sur terre.

Après avoir déposé le gnome, c’est le tour de la gnominette, et la deadline de l’heure (ça se dit ça?), c’est 8h45.

Vous imaginez bien qu’en arrivant en retard à l’école (8h40 en moyenne, 8h35 les jours de pleine lune), et en ayant quelques kilomètres à faire, c’est IM-PO-SSIBLE d’être à la crèche avant 8h45.  Donc j’arrive après.

Jadis (il y a 4 ans), la directrice de crèche me regardait avec ses gros yeux flippants (qui te font encore te sentir comme une petite fille, décidément), mais ça c’était avant. Maintenant, après 4 ans de retards quotidiens, c’est tout juste s’il n’y a pas un paragraphe pour moi dans le règlement intérieur « l’accueil des enfants se déroulent de 7h30 à 8h45 tous les matins, sauf Mme de Gnomland qui arrivera quand elle pourra ».

Et forcément, dans la suite logique du retard chronique, en arrivant à 8h55 à la crèche, c’est impossible d’être à 9h au travail.

Pourquoi ce dysfonctionnement dans la gestion temporelle? (ca fait mieux que de dire « pourquoi tu es un boulet de l’horloge?)

 

Je crois que dans MON cas (parce que c’est variable selon les boulets personnes), ce n’est pas de ma faute c’est que je suis trop optimiste. Ou alors un peu longue à la détente. A moins que mes enfants ne soient très très très lents. J’hésite.

C’est vrai, je crois toujours que mes enfants vont déjeuner, s’habiller ou se laisser habiller, aller aux toilettes, mettre leurs chaussures, marcher jusqu’à la voiture, grimper dedans, se laisser attacher, sans AUCUN problème ni grain de sable dans le rouage.

En réalité, le problème commence déjà au réveil. Et s’en suivent une quantité astronomique d’épreuves à passer avant d’être devant l’école. Nan, nan, je n’exagère pas du tout… en général, un matin type ressemble à ça :

  • Les gnomes refusent de sortir du lit, que ce soit un pied (défois qu’on en profite pour mettre la chaussette correspondante), un corps, une tête. Les enfants sont aspirés par le lit, et restent immobiles, les yeux ouverts ou fermés, c’est selon le nombre de fois où ils se sont réveillés pendant la nuit
  • Les gnomes mettent du temps à faire un choix. Et choisir des vêtements, à 2 et 4 ans, est une question de vie ou de mort. Même si c’est un short-débardeur en plein hiver, la négociation est risquée, et réussir à les convaincre d’enfiler la tenue de ski par dessus relève du miracle.
  • Le petit déjeuner est mouvementé, que ce soit encore pour une question de choix (pain ou céréales? lait de riz ou d’amande?) pour une question de tâche (sur la manche ou le pantalon? le débardeur ou la tenue de ski? on passe un coup d’éponge ou on se change?), pour une question de jeu (c’est génial les céréales volantes, « regarde maman, c’est moi qui lance le mieux »), quand ce n’est pas le chien qui s’y met (vous n’avez jamais retrouvé un chien de 25 kg sur la table en train de laper l’intérieur d’un bol? sérieux?)
  • Le moment de mettre ses chaussures est interminable : « c’est le bon pied maman? » (les jours pairs) et « nan j’m’en fou que c’est pas le bon pied moi j’aime comme ça » ou « les tongs de plage c’est le mieux, même dans la neige »
  • Sans parler des blousons / manteaux / snoods / bonnets / gants (plus ou moins perdus)…. nan mais sérieux, l’hiver c’est l’enfer. Il manque un gant, le gnome a perdu son snood, la gnominette refuse de mettre son bonnet, et les guêtres empêchent de fermer les bottes…
  • Le chemin de la maison à la voiture est pleins de surprises « regarde maman une pomme de pin / un escargot à pattes / une feuille violette / ohhhh un chat / booom une chute dans la flaque d’eau / maman ma soeur elle m’embête / mais euhhhhh j’suis tombé dans les orties / maman j’veux faire caca / j’ai fait pipi dans mon legging « 
  • Le siège auto ressemble soudain à la chaise électrique : « NAAANNNN, j’VEUXX PAAAAAAAS que tu m’ATTAAAACHES, c’est trOOOOp SéRRéééééééééééé » ou encore pire « J’VEUX FAIRE TOUTE SEUUUULE »
  • Tous les imprévus peuvent arriver à CE moment là, quand il est déjà 8h34 et qu’on vient juste de boucler les harnais… il n’y a plus de piles dans la clé de la voiture, les portières ne ferment plus, les éboueurs passent à ce moment là, le grattoir ne suffit pas à enlever le gel de la vitre…..

 

Un truc de dingue quand même, non? si on ajoute à ça qu’idéalement, il ne faut pas les saouler de « dépêcher vous », « on va être en retard » « putain de bordel de merde bougez vous » (ben oui, psychologie positive nom di diou)… ça devient vite compliqué!

Et une fois le gnome 1 de déposé (Alléluia), puis le 2, tu as déjà l’impression d’avoir fait une journée de 8h. Parfois même, tu as eu le temps de transpirer (genre si tu as mis ta veste avant eux… et qu’il s’est passé 20 minutes entre cette étape et celle de sortir), tu sens donc mauvais, ton make up n’est plus qu’un lointain souvenir, il y a une tâche sur ton tee-shirt, tu arrives au bureau les cheveux crépus, t’apercevant que tu as oublié de te laver les dents où de mettre une culotte sous ton pantalon, et rêvant de tout sauf de t’enquiller une journée de boulot après ce semi-marathon.

Bref, on ne va pas (trop) se plaindre (quoique?) mais plutôt chercher des solutions.

Du coup j’avais envie de vous parler de mes tentatives de solutions. Nan parce que s’il y avait de VRAIS solutions qui marchent sur le long terme, j‘aurai écrit un article super classieux versus « les solutions pour être toujours à l’heure le matin pour déposer vos enfants – et avec le sourire (tant qu’à faire) » .

 

CE QUI NE MARCHE PAS :

 

  • Mettre le réveil plus tôt : je ne sais pas si c’est de ma faute (genre « j’ai le temps quoi ») ou de la leur (« on a le temps quoi »), mais ici ça ne marche pas du tout. Il y a une sévère perte d’efficacité en corrélation positive avec le nombre de minutes supplémentaires
  • Préparer les vêtements en avance : je ne sais pas vos gnomes, mais les miens changent d’avis comme de chemise, et ce qu’ils concédaient vaguement accepter la veille au soir parait juste intolérable le matin « QUOI???? il est HORS DE QUESTION QUE JE METTE CETTE CUYOOTE!!!!!, JE VEUX LA BLEUE (qui est soit dit en passant la violette, le temps de comprendre ça il s’est passé 15 minutes)
  • Ne pas laisser le choix du petit déj. Je trouvais ça cool de les laisser choisir, ça développe pleins de trucs positifs… et vu comme ça devenait compliqué (cf le choix des vêtements ci dessus), j’ai changé d’avis (moi aussi tiens!), en me disant qu’un seul choix de petit déj pouvait rimer avec « gain de temps ». Pas du tout. Il faut savoir qu’un gnome qui n’a pas le choix va inventer une autre option, qui peut donner quelque chose comme « mais maman, les céréales ne m’intéressent pas, par contre la cuisse de poulet aux fines herbes que je n’ai pas terminé hier soir, ça me parait un petit déjeuner idéal et riche en protéine pour éviter le coup de pompe de 11h, je peux l’avoir stoplé? »
  • Brailler : pas brailler dans le sens « lire le braille », brailler dans le sens gueuler, crier, s’énerver. Et pourtant, je continue à le faire (je sais, ça craint), faute d’avoir des outils efficaces probablement. Il faut savoir que la plupart des gnomes sont sourds avant 8h30, ou totalement hermétiques aux cris, ou incapable de comprendre le français, ou pas encore assez réveillés pour savoir qu’ils ne dorment plus (??)…  Donc crier, c’est un peu comme pisser dans un violon, c’est inutile. Tout comme les menaces, le chantage, la carotte et tous ces trucs qu’on aimerait ne jamais faire mais qu’on fait parfois quand même.

 

CE QUI AIDE QUAND MÊME (plus ou moins): 

 

  • Etre prête quand ils se lèvent : stratégiquement indispensable. On a beau privilégier l’autonomie, si on a le malheur d’avoir traîné au plumard, et d’oser se préparer en même temps qu’eux, il ne se passera RIEN. Au pire, au moment de finir de se coiffer, on s’apercevra que les gnomes sont encore soudés au lit. Au mieux, ils seront habillés, en winnie l’ourson, en short-débardeur en plein hiver, en pull irlandais en plein été, ou avec les vêtements de l’autre (ce qui n’est pas gênant si on a gagné des jumeaux du même sexe, un peu plus dans mon cas, quand mon fils enfile la robe fée clochette de sa soeur)
  • Faire à leur place : j’avoue, je le fais. C’était contre mes principes, mais ça c’était avant. Maintenant l’autonomie est privilégiée à partir de 9h du matin, et avant c’est selon le temps disponible.  Donc j’avoue que parfois souvent, quand ils sont dans leur lit, je les habille avant qu’ils ne soient totalement réveillés. Le gros avantage, c’est que ça switche la partie du choix des vêtements. Le gros inconvénient, c’est qu’après il y a le petit déjeuner, et son lot de tâches et de céréales volantes.
  • La motivation positive : c’est trouver des choses qui rendent la préparation GE-NIALE. « Gnominion, lève toi, vite, il se passe un truc génial : tu vas aller à l’école! » (vous comprenez pourquoi ça marche plus ou moins) Réessayons : Allez, on court jusqu’à la voiture et le premier qui touche la voiture aura la main dégueulasse aura l’honneur de d’avoir un calin de fou, et le dernier aussi! ».  La grosse limite, c’est de créer des nouveaux défis, car une fois qu’ils ont couru 17 fois pour aller à la voiture, et qu’ils ont tous les 2 gagné, ça ne prend plus.
  • Leur expliquer les enjeux : « Mes chéris, j’ai BESOIN que vous alliez un peu plus vite afin de ne pas être en retard au travail, vous comprenez j’ai une grosse réunion et mon chef va me trucider si j’arrive encore à la bourre ». Bon, ça marche peut être chez des plus grands, ici la seule chose que ça a fait c’est que pour mon fils, un chef est un être horrible, intolérant, potentiellement dangereux. Oups.

 

CE QUI FONCTIONNE BIEN (voir très bien) 

 

  • ……………………..
  • …………………….
  • ……………………..
  • ……………………..

(merci de partager vos supers solutions afin que je puisse remplir les pointillés)

 

Et chez vous, comment ça se passe les matins??? vous me racontez un peu? 🙂 

12 comments for “Comment déposer ses gnomes à l’heure le matin? (peu importe où)

  1. Herminie
    31 janvier 2017 at 21 h 37 min

    Tout d’abord, merci!
    Parce que même si le thème abordé n’est pas drôle en soi, j’ai bien rit!
    Après, je commence à flipper… parce que déjà, sans gnomes, je suis très régulièrement en retard ou c’est la course pour être à l’heure! Alors avec des gnomes, j’imagine même pas!
    Tu l’auras compris, aucune solution à te proposer, si ce n’est faire l’école à la maison ou avoir une nounou à domicile… mais c’est pas donné à tout le monde!
    Gros bisous

    • 1 février 2017 at 13 h 40 min

      Merci à toi de ton commentaire 🙂
      Alors, soit tu seras encore ++++ en retard, soit tu vas te transformer en maîtresse incontestable de l’organisation, ou alors tu auras des minis anges qui écouteront trop bien… L’avantage, c’est qu’avant d’en avoir 2, en théorie on commence par en avoir un, et au début c’est plutôt cool… avant que ça ne le soit un peu moins 😉 Donc ça te laisse du temps 🙂
      Euh l’école à la maison, j’aimerai… je ne m’en sens pas capable, mais un jour peut être!
      Bisoux à toi aussi!

  2. Herminie
    31 janvier 2017 at 21 h 44 min

    Et si les autres parents sont à l’heure, eux, c’est que leurs enfants n’ont pas le choix! De vêtements, de petit déjeuner, de se lever… comme ça c’est beaucoup plus simple d’être à l’heure! Bon après ils sont justes prêts pour une carrière militaire!

    • 1 février 2017 at 13 h 42 min

      C’est pas faux! Ou alors les parents sont rodés et les enfants encore trop endormis? Mais du coup, ce n’est pas trop la politique de la maison (et tant mieux, la carrière militaire ça me fait supra flippé 😮 )

  3. Vilou
    31 janvier 2017 at 22 h 00 min

    Mais que j’ai ri !!! Moi je suis toujours à l’heure car il n’y a pas d’heure . Je les dépose quand je peux mais toujours à l’heure les lundis pour mon cours de yoga qui à ce que les gars soient en pyjama (chose qui est déjà arrivé d’ailleurs…).
    La solution pour arriver à l’heure, supprimer cette p** d’heure et pouvoir arriver quand on peut dans la mesure du raisonnable bien entendu… À méditer.
    Bises.

    • 1 février 2017 at 13 h 44 min

      Ca ça me plait, l’absence d’heure 🙂 Dans mon ancien travail, c’était comme ça, et c’est quand même beaucoup moins de stress. A l’école ce serait chouette que l’accueil se fasse dans un créneau plus long, genre entre 8h et 10h (quoi, j’en demande trop? :p ) . Mais là si j’arrive en retard au cours que je donne ça va être un peu bizarre 🙂 (mais ça m’arrive quand même!)
      Loool j’adore l’idée aussi de les déposer en pyjama tiens! ça règle l’étape de l’habillage :p
      En tout cas merci pour ton commentaire 🙂

  4. Elise
    31 janvier 2017 at 23 h 28 min

    ah punaise, j’ai ri, tellement ri, parce que bon, d’accord, je ne suis pas obligée d’être prête le matin trop souvent, ça a vraiment vraiment été une chose qui a participé au choix d’ief. Mais, il y a toujours d’autres occasions de paniquer parce qu’en retard, les activités sportives, le repas du midi minuté pour pouvoir profiter un petit peu de MonsieurBarbu, les rdv diverzévariés… tu veux que je te fasse plaisir? avec le temps on progresse! bon, par contre, moi j’ai basculé vers le côté pessimiste de la force, par principe je prévois BEAUCOUP plus de temps, et s’il en reste, bein c’est super cool! il ne m’en reste plus qu’un qui change d’avis sur les vêtements, les autres comprennent que ok ça ne leur plaît plus mais là, plus le temps! enfin ceci dit, un seul hurlant ça te met tout autant en retard… rien qu’aujourd’hui, on a eu le panel complet, pas s’habiller, s’habiller tout seul, méga crise parce que « pas jeter » (j’ai laissé tomber sa veste par terre devant lui pour bien la positionner qu’il puisse faire seul, mais on ne jette pas, on donne doucement, c’est manifestement bien rentré dans sa jolie tête!), la chaussure qui serre trop, la chute dans la flaque, le changer, re-pleurs terribles parce que d’un coup il réalise que son père n’est pas là, le siège brûlant « noooooooooooooooon », regarder douze mille fois les poissons, des fois qu’aujourd’hui il y en ait, se cacher et courir en rigolant pour que je ne le rattrape pas pour ne pas repartir, pleurer parce dans le bouquet de feuilles mortes, il y en a une avec une queue cassée, donc désolé mais non on ne peut plus avancer, etc etc etc…. alors bon, je regarde mes grands, foufous mais tellement chouettes, aidants, qui cherchent comment motiver le petitou, le tenter, l’aider, m’aider… et je respire un grand coup en me rappelant que très vite il sera capable lui aussi de prendre sur lui! et je me dis que peut être, quand ils seront adultes, je serais organisée! ça sera pour les petits enfants 😛
    des bisous!

    • 1 février 2017 at 13 h 50 min

      Haaaaaan mais en fait il y a 2 concepts priomordiaux dans ce que tu me dis!
      – Les enfants deviennent raisonnables en grandissant (ben oui, ça parait presque évident, sauf quand on n’a que des enfants qui n’ont pas encore franchit cette phase qui doit être ô combien agréable!)
      – Les parents s’améliorent dans la gestion du temps (enfin, j’ai du mal à penser que je puisse m’améliorer, je suis déjà au taquet de mes capacités!)
      En tout cas merci de ton commentaire, ça m’a bien faire rire aussi d’imaginer ton petit dernier et tes grands <3

      Et... peut être on sera rodé pour les petits enfants (en même temps, à ce moment là ce sera plus notre problème, la gestion du temps, si? quand je demande à mes beaux parents de me ramener les gnomes à 18h30, ils arrivent à 20h... et ça n'a pas l'air de les stresser :p Moi si, puisqu'il faut encore gérer le coucher, et les difficultés inhérentes à ce moment là 🙂 )

  5. Céline
    1 février 2017 at 6 h 53 min

    Ici, ce qui a aidé, c’est le minuteur. Style: « on fait un jeu: si tu es habillé avant que le minuteur sonne, tu as gagné »(ça inclut le choix de vêtements). Aussi, un tableau avec des images des routines à faire le matin (cf pinterest) et le dessin des horloges pour structurer ça dans le temps (on peut même fabriquer soit même un time timer à partir d’une horloge premier prix, avec des secteurs de couleurs pour les enfants qui ne savent pas encore lire les chiffres).

    • 1 février 2017 at 13 h 55 min

      Ah ouiiiii, le minuteur! On faisait ça avant et c’est vrai que ça marchait bien! Je ne sais pas pourquoi on a arrêté d’ailleurs, peut être parce que ça fonctionnait et qu’on aime se compliquer la vie!
      Le tableau des routines, j’y avais pensé, mais je n’ai pas encore réussi à le faire… mais je me le note dans ma to do list pour tester ça! Idem pour les horloges! Surtout que je voulais en acheter une grande à aiguille, maintenant que grand gnome lit les chiffre, ça peut aider (je me souviens de ma maman qui me disait, moi qui étais d’une lenteur abominable le matin, « quand la grande aiguille est sur le 4, tu dois être habillée », et ça me structurait vachement).
      Merci pour ces outils!!!!!!!!

  6. Jessy
    3 février 2017 at 10 h 49 min

    Coucou,
    Alors moi aussi je suis trèèèès souvent en retard quand il s’agit d’aller à l’école !
    Autant mon grand (8ans) est devenu suffisamment autonome en matière d’habillement, le p’tit déj’ pas encore (ceci dit couper les tranches de pain je flippe !
    Autant le petiot (5ans) c’est l’enfer ! Il est long mais qu’il est looooong ! Genre il lui faudrait 1h pour tout !
    Un truc qui marche assez bien c’est l’idée de la minuterie, mais plus sympa je fais ça avec une musique/chanson qui dure 4-5min quand même pour s’habiller.
    Mais le petit déj’ reste problématique Souvent il ne finissait pas, donc maintenant il déjeune d’abord, il s’habille ensuite. Histoire de ne pas partir le ventre vide mais les finitions (lacets, manteau fermé, chocolat sur la joue…) souvent c’est devant l’école !
    Après pour les habits, j’ai un côté tyran , mais je m’en passerai bien !! Ils n’ont pas le choix des habits.
    Pour éviter les « mon frère m’embête ! » ou les âneries, je ne les mets pas ensemble dans la même pièce : 1 déjeune tandis que l’autre s’habille et vice versa…
    Pas facile d’être parent

    • 3 février 2017 at 21 h 18 min

      Hello! Merci pour ton commentaire! C’est intéressant de voir les petits trucs de chacun pour s’en sortir 🙂
      Je me note la minuterie version chanson, en plus quand il connaisse la chanson ça leur permet de savoir à peu près le temps qui leur reste (ce qui n’est pas le cas avec les minutes, ici « 5 minutes » c’est encore vague comme concept, surtout pour la petite 🙂
      Lol pour le petiot lent mais lent :p Ici c’est le grand qui est particulièrement « long » le matin… Apparemment j’étais pareille enfant, mais nom di diou c’est pas facile facile, garder patience et en même temps l’aider à se bouger un peu!
      Bon, d’ici 3 ans ça devrait aller mieux donc :p
      J’ai bien ri pour ne pas les mettre ensemble dans 1 même pièce, j’avoue qu’en général je fais l’inverse, je les oblige a être dans la même pièce et à trouver une solution… ça ne marche pas toujours mais ça progresse :p
      En tout cas merci encore de ta réponse!

Laisser un commentaire